Toutes les informations utiles pour vous conseiller.

Traitement Thermique Auxitherm contre les punaises de lit

Nous vous rappelons
dans l’heure

*Du Lundi au Vendredi de 8h à 18h

AUXITHERM, leader du traitement des punaises de lit par la chaleur
en Belgique, en France et au Luxembourg.

La vie de la punaise de lit

Vous pensez être victime d’une infestation de punaises de lit ? Pour vaincre un ennemi, la première chose à faire est d’apprendre à le connaître au mieux. C’est ce à quoi nous vous aidons dans ce premier chapitre, consacré à la vie des
punaises de lit.

Un premier mot d’introduction, tout d’abord. La punaise de lit a pour nom scientifique cimex lectularius, car elle appartient à la famille des Cimicidae. Il s’agit d’une espèce cosmopolite et hématophage (qui se nourrit de sang) vivant en zone tempérée. D’une forme ovale de 3 à 7 millimètres de long et de
couleur brune, elle vit la nuit, durant laquelle elle s’alimente.

Depuis quand parasite t-elle l’homme ? Comment la reconnaître ? Quel est son cycle de vie ? Nous faisons le tour
de ces questions.

PETITE HISTOIRE

Les punaises de lit vivent aux côtés des humains depuis des milliers d’années, comme en atteste leur présence dans des tombes égyptiennes. Elles nous dérangent donc dans notre sommeil depuis plus de 3500 ans !

Ces insectes étaient bien connus de nos grands-parents, car très répandus dans les foyers jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. On estime même que la moitié des habitants de Londres étaient touchés par une infestation de punaises de lit à la fin des années 30.

Les punaises de lit ont ensuite disparu tout en se maintenant dans les pays pauvres. Cette accalmie faisait suite à l’amélioration de l’habitat, mais aussi à l’utilisation massive du DDT, un insecticide très puissant (mais aussi très chimique et dangereux pour la santé).

Toutefois, elles sont revenues en force dans de nombreux pays développés à partir des années 90. On cite parmi les facteurs qui y ont contribué, l’interdiction de produits comme le DDT, le relâchement de la vigilance, le développement du tourisme et du transport international.

Une nouvelle prolifération des punaises de lit a été observée en particulier au début du 21e siècle, notamment dans les hôtels, les hôpitaux et les maisons de retraite. D’ailleurs, la ville de New-York a subi une invasion notable dans les années 2009-2010.

L’anatomie

Comment reconnaître les punaises de lit ? Voici leurs caractéristiques physiques :

– elles ont une taille comprise entre 4 et 7 millimètres, et sont donc visibles à l’oeil nu

– elles sont de forme ovale et très plates, ce qui les fait ressembler à des lentilles vertes cuites lorsqu’elles sont à jeun

– elles sont de couleur brunâtre et lorsqu’elles sont gorgées de sang, elles peuvent être de couleur brun foncé à rouge

Notez que l’on peut distinguer les mâles des femelles, car la femelle est plus ronde, tandis que le mâle est plus allongé.

De leur côté, les jeunes punaises de lit, appelées nymphes, sont plus claires que les adultes. On les reconnaît par leur couleur plutôt jaunâtre, qui les rend plus difficiles à voir à l’oeil nu. En se développant, elles deviennent de plus en plus foncées.

Le cycle de vie

La vie d’une punaise de lit, qui dure environ 6 mois, commence avec un oeuf… Elle suit un cycle de vie précis.

La phase d’accouplement

Le mâle peut s’accoupler avec une ou plusieurs femelles, jusqu’à plusieurs fois par jour. Lors de l’accouplement, le sperme est injecté par “insémination traumatique”. En effet, l’appareil génital du mâle est transformé en aiguille, avec laquelle il transperce non pas l’ouverture génitale, mais l’abdomen de la femelle. Cet acte violent met d’ailleurs en jeu son pronostic vital.

Ces insectes s’accouplent facilement à des températures comprises entre 13° et 28°. En dessous de 13°, ils ne se reproduisent pas et se mettent à hiberner.

Les oeufs

3 à 10 jours après l’accouplement, les oeufs sont émis. Granuleux, ils arborent une couleur blanchâtre et mesurent entre 1 à 3 mm.

Ils sont pondus par la femelle de manière isolée ou par lot de 5 à 15, et déposés en grappes à l’intérieur de crevasses ou de fissures à l’espace restreint. Les nouveaux oeufs mettent généralement une semaine pour éclore.

Une femelle pond de 5 à 15 oeufs par jour, soit entre 300 et 500 oeufs au cours de sa vie. Dès leur sortie de l’oeuf, les larves commencent déjà à piquer des humains pour s’alimenter.

Le développement

Les jeunes punaises ou nymphes passent par 5 stades larvaires avant d’atteindre la pleine maturité. Chaque stade dure entre 3 et 15 jours, et il faut un repas sanguin pour atteindre le stade supérieur.

Le cycle de vie met du temps à se mettre en place, mais il engendre une descendance nombreuse. Ainsi, c’est souvent seulement au bout d’un mois, quand l’infestation est déjà importante, que les habitants se rendent compte de la présence de punaises de lit chez eux.

La durée de vie d’une punaise de lit est comprise entre 5 et 12 mois. Elle peut même survivre jusqu’à 1 an et demi en état de dormance.

L’alimentation

Les punaises de lit piquent les humains la nuit pour se nourrir de leur sang, mais aussi les mammifères et les oiseaux. Elles sont attirées par la chaleur, les odeurs, le CO2 expiré et les vibrations du corps humain.

Pour piquer, elles utilisent leur appareil buccal piqueur-suceur, un rostre qui possède la forme d’un tube allongé à deux entrées.

Les punaises font deux trous dans la peau humaine :

– un premier pour injecter leur salive anesthésiante et anticoagulante
– un deuxième pour aspirer le sang, et ce sans que l’individu ne sente rien

En une seule piqûre, ce parasite à l’appétit de Gargantua est capable de consommer 7 mg de sang, soit 5 fois son poids !

On estime que les repas d’une punaise de lit ont lieu tous les 3 à 15 jours et durent entre 5 et 20 minutes. Elle sort généralement la nuit une heure avant le lever du soleil. Mais il faut savoir qu’elle est capable de piquer à n’importe quelle heure du jour et de la nuit quand elle a une faim d’ogre.

En outre, une punaise de lit peut très bien survivre jusqu’à 1 an voire 1 an et demi sans repas si les conditions de vie lui sont favorables (climat, température, abri…) !

L’infestation de punaises de lit

Dans ce chapitre, nous nous demandons quels sont les lieux les plus prisés par les punaises de lit, comment elles prolifèrent et quelles sont les conséquences d’une infestation.

Les punaises de lit ont la capacité de se glisser dans votre logement sans que vous ne vous en rendiez compte. Elles vivent surtout la nuit, dans des endroits sombres et étroits de la chambre à coucher.

LES LIEUX A RISQUE D’INFESTATION

Les endroits à fort risque de contamination sont les lieux à fort passage, où le nombre de personnes hébergées est important. Il s’agit par exemple des hôtels, des trains de nuit, des hôpitaux, des maisons de retraite, des foyers et résidences…

Cependant, il faut savoir que la propreté et l’ordre ne sont pas gage de non-contamination. Les punaises de lit peuvent envahir un logement impeccable. En revanche, une parfaite hygiène et la volonté de lutte contre ces insectes sont des facteurs essentiels pour réduire leur dispersion.

La peur d’être pointé du doigt comme responsable de l’infestation peut décourager une victime à signaler leur présence, ce qui va aggraver le problème. Mais il n’y a pas de coupable à chercher, car personne n’est à l’abri d’une infestation de punaises de lit !

Comment investissent-elles la chambre ?

Les punaises de lit agissent la nuit et fuient toute lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle (lampe de chevet par exemple). Il n’est donc pas facile de les découvrir. On sait qu’elles investissent la chambre en priorité, puisqu’elles se nourrissent du sang des dormeurs pendant leur sommeil.

Ces petites bêtes n’ont pas de nid comme les fourmis par exemple. Mais elles vivent en groupe dans des cachettes secrètes. Ces lieux de repos, de reproduction et de ponte au sein de la chambre sont généralement tout près de leur garde-manger, c’est-à-dire VOUS ! Voici quelques exemples de planques des punaises de lit :

– le sommier, le matelas, les coutures de lit
– les meubles et les tiroirs
– les tapis et les rideaux
– les chaises, les canapés et les housses
– les vêtements et le linge de lit
– les sacs et les valises
– les cadres de portes, de fenêtres et de tableaux
– les plinthes
– les fentes de plancher et les fissures dans le plâtre
– derrière les papiers peints décollés

Les punaises de lit trouvent aussi refuge dans des endroits encore plus insoupçonnables, comme les prises électriques, les livres, les radios, les téléphones !

En revanche, contrairement aux poux ou à d’autres parasites, elles ne vivent pas sur les humains et ne viennent sur eux que pour s’alimenter.

Les signes pour repérer leur présence

Même si vous ne les voyez pas, la présence des punaises de lit peut être détectée par 3 indices concrets :

– leurs piqûres semblables à celles de moustiques, et qui démangent
– des traces rouges sur vos draps, qui peuvent correspondre à l’écrasement d’une punaise pendant votre sommeil ou à un bouton gratté
– des petites tâches noires sur le matelas, le sommier ou les draps, qui proviennent des déjections des punaises de lit, surtout constituées de sang digéré

La mobilité des punaises de lit

L’infestation de punaises de lit à des endroits donnés est due à deux types de déplacements de l’insecte : il peut être passif ou actif.

Le déplacement actif

Dans le cas d’un déplacement actif, la punaise de lit va d’elle-même d’un endroit vers un autre. Elle se dirige donc de son lieu de repos vers son lieu d’alimentation, soit là où elle perçoit un dégagement de gaz carbonique, mais aussi chaleur et odeur. Pour cela, elle peut franchir quelques mètres voire quelques dizaines de mètres.

Après un repas sanguin, l’insecte retourne dans son lieu de repos ou va vers une nouvelle cachette, pour digérer, changer de stade ou pondre. Ce nouveau refuge va alors devenir à son tour un lieu d’invasion.

Au début d’une infestation, les punaises de lit ont tendance à se dissimuler près de l’endroit où elles se nourrissent. Mais lorsque leur population devient massive, elles peuvent se disperser et migrer vers d’autres pièces que la chambre, comme le salon, ou même des habitations adjacentes.

Le déplacement passif

La nouvelle cachette d’une punaise de lit peut très bien être un linge laissé au pied du lit, un ourlet de pyjama, un bagage, un meuble, et c’est ce qui explique le mode de déplacement passif. Lorsqu’elle se dissimule ainsi dans des objets, elle est transportée par l’homme d’un lieu vers un autre, qui peut être situé à quelques kilomètres, aussi bien qu’à des milliers.

Il est donc très facile de transporter des punaises de lit d’un lieu à un autre qui était sain jusque-là, sans s’en rendre compte. Un voyage, un déménagement, le déplacement de meubles, de livres ou autres objets d’occasion infestés, sont autant de moyens pouvant les propager.

Quand les punaises de lit piquent

Les piqûres des punaises de lit sont le premier indice de leur présence dans une habitation. Toutefois, leurs piqûres ne sont pas faciles à différencier de celles d’autres insectes comme les moustiques ou les puces.

Comment reconnaître des piqûres de punaises de lit ?

Si les punaises de lit s’attaquent en priorité aux bras et aux jambes, toutes les parties du corps dénudées pendant la nuit sont susceptibles d’être visées. Les piqûres sont indolores, mais l’individu peut tout de même être très gêné dans son sommeil quand elles commencent à gratter au bout de 10 minutes.

Ces piqûres se présentent sous forme de petites bosses rondes et rouges, surmontées d’un petit point hémorragique central. Rarement isolées, on les trouve souvent regroupées par 3 ou 4 en ligne droite sur la peau.

Il n’existe pas de test biologique pouvant certifier un diagnostic de piqûres de punaises de lit. Seul un interrogatoire précis du patient par un médecin permet d’émettre cette conclusion.

La réaction dépend toutefois de la sensibilité de l’individu piqué. On a plusieurs cas de figure :

– les piqûres vont disparaître toutes seules au bout de quelques heures ou quelques jours
– les piqûres ne sont pas visibles tout de suite et la victime ne se rendra compte de l’infestation qu’au bout de plusieurs semaines ou plusieurs mois
– les piqûres provoquent une réaction allergique immédiate sous forme de bosses rouges qui démangent plus ou moins

On peut soigner des piqûres de punaises de lit avec un traitement par dermocorticoïde. Une à deux applications par jour durant une semaine feront disparaître les lésions et les démangeaisons.

Les conséquences sanitaires

Si les punaises de lit ne transmettent pas de maladie, elles peuvent en revanche mettre des personnes en situation de détresse psychologique.

Des risques infectieux ?

Comme pour toute piqûre d’arthropode, il existe un risque de surinfection bactérienne par grattage. Une punaise de lit peut effectivement transporter des agents microbiens.

En revanche, il n’a jamais été prouvé que les punaises de lit étaient porteuses d’agents infectieux, et donc porteuses de maladies.

Des effets psychologiques

Si l’infestation de punaises de lit est vraiment grave, elle peut provoquer des troubles psychologiques phobiques. Les personnes qui vivent dans un lieu envahi vont vite avoir tendance à associer les moments de repos aux moments de piqûres.

Les démangeaisons provoquées par les piqûres à répétition pendant la nuit peuvent engendrer de lourds troubles du sommeil. Les victimes deviennent en permanence fatiguées, stressées et irritables. Un accompagnement, ainsi que des propositions de solutions simples, devient nécessaire.

Il arrive également que les personnes touchées par une infestation de punaises de lit ressentent de la honte. Elles vont avoir à tendance à ne plus sortir et à s’isoler socialement, au lieu d’appeler à l’aide. Il ne faut donc pas négliger les potentielles conséquences de ce fléau sur la santé mentale.

Appelez-nous ! Il n’est jamais trop tard.

A votre écoute du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00.
Nos conseillers sont là pour répondre à toutes vos questions.

Contact

Demander un devis

Non merciOui, j'obtiens mon devis plus rapidement !

* J'accepte que mes coordonnées soient recueillies dans le cadre de ma demande de devis.


Habitations privées | Lieux de vie collective | Locaux professionnels | Chambres d’hôtels | Salles de cinéma | Transports en commun | Habitacles de voiture, bus, train, camping-car, avion | Chambres d’hôpital | Maisons de retraite & EPHAD | Crèches, Écoles et Résidences universitaires | Milieu carcéral et Institutions d’Etat | Zones militaires